Dimanche 8 avril une quinzaine de personnes ont été accueillies par Patrice pour une conférence sur le symbolisme, l’enseignement et les rituels de la marche sur le feu en première partie d’après-midi, et dans un deuxième temps nous avons assisté à une marche sur le feu au temple de Gillot.

Patrice nous en a expliqué l’origine. Avant 1848, les Indiens, comme les malgaches et les cafres ont vécu l’esclavage et ont donc été systématiquement christianisés. Quand a commencé l’Engagisme, et sous la pression, quelques grandes propriétés leur ont enfin toléré l’exercice de leur culte, mais la plupart le pratiquaient en cachette. Durant tout le XXe siècle, il a souvent été diabolisé et assimilé à de la sorcellerie. Beaucoup se sont alors converti au catholicisme pour être acceptés par la bonne société créole mais ont continué à pratiquer leur culte discrètement.

La plupart des temples se trouvent dans les jardins particuliers C’est pourquoi afin de respecter les lieux, il est demandé à ceux qui veulent assister à ces cérémonies de respecter leurs coutumes et donc de se vêtir convenablement c’est-à-dire sans short ni débardeur.

La marche sur le feu retrace l’histoire de la princesse Pandiale qui n’a pas hésité à braver le feu pour prouver sa fidélité à son mari.

Les pratiquants se purifient donc avant la marche. Pour cela, ils observent un carême de 18 jours durant lequel ils vont au temple pour se préparer spirituellement. Les marcheurs sont aussi imprégnés des éléments mythologiques des livres sacrés.

Trois raisons peuvent motiver les marcheurs. Il peut s’agir d’un remerciement aux dieux pour les grâces qu’ils leur ont accordés, d’une demande d’obtention d’un travail ou de guérison pour eux-mêmes ou un membre de leur famille par exemple. Ils peuvent aussi participer à la marche sur le feu à la place d’une personne qui ne peut l’accomplir elle-même, notamment pour la guérison d’un de leurs proches.

La marche s’effectue sur un rectangle de braises et de cendres de 6 mètres par 3.à la sortie duquel se trouve un petit bassin remplit de lait de vache pour rafraîchir et purifier les marcheurs

Chaque marcheur fait trois passages sur le « carré d’feu » et va s’incliner devant les divinités du temple Pandialé en jaune, Mariaman en blanc et Kali en rouge.

J’avais déjà eut l’occasion d’assister à des marches sur le feu sans en connaitre la signification. Cette sortie m’aura permis de comprendre cette cérémonie. Ken SHERWIN

  • Post author:
  • Post published:16 avril 2012
  • Post category:Regroupements