You are currently viewing Novembre macramé à la Plaine des Palmistes

La journée conviviale, repoussée d’une semaine, était attendue avec impatience par une bonne poignée de sélistes.
Beaucoup d’adhérents envisageaient d’y prendre part, malheureusement, afin de tenir compte des restrictions sanitaires, Eliane a préféré limiter le nombre de participants.

Dés 8h30 les premiers arrivants s’installaient dans le garage, dégustant un petit déjeuner sympathique (cake et brioche de même que confitures maison, tahin, ) avant de se lancer dans le sentier de Bébourg ouvert aux premiers rayons de soleil.
On arrive sur un parking agréable et bien arboré, vraiment confortable. Le groupe s’ébroue dans la fraîcheur matinale. On commence à grimper parmi le racines de cryptomérias; il fait calme sous la toison sombre et sèche des résineux. le sous-bois est avare de chants d’oiseaux. les racines n’en finissent plus de croiser leurs longues tresses à fleur de terre. Heureusement que celle-ci n’a pas retenue l’eau de la nuit, nos semelles respirent.
Nous devisons tranquillement parfois. Le reste du temps, notre conscience fait l’école buissonnière, nous marchons certes mais nous retrouvons de vieilles connexions avec le mondes des feuilles, la mousse qui dessine de petites cathédrales sous l’aisselle des arbres, l’humus assoupi dans d’ombre des change-écorces.
Il arrive un moment où nous sommes en phase avec le lieu, qui nous traverse autant que nous le traversons. Nous évoluons comme dans un rêve. Une merveille d’ orchidée dodelinant sur une vieille souche de tamarin nous émeut, un petit pont enjambant une ravine nous ravit.
Il y aurait tant à dire sur ce parcours. Une chose est sûre: bien que chaque balade soit unique, nous communiquons avec les plantes et le monde ultrasensoriel environnant. Nous échangeons plus que nous croyons et cela fait du bien…

De retour chez Eliane, nous avons sorti les objets à troquer et noirci nos carnets d’échanges. Un tour de table nous a permis de nous présenter aux nouvelles adhérentes (3) et faire le point sur nos offres et demandes respectives.
Le repas qui s’ensuivit n’a pas failli à la tradition. On mange toujours bien à Réunisel.
L’après-midi que tout le monde attendait est enfin arrivée. Le macramé avait droit de cité, dans une ambiance plutôt joyeuse. Liliane et Françoise, en fundis de circonstance, ont guidé nos premiers pas dans ce monde particulier de la création. Se concentrer sur les noeuds plats, enveloppants ou torsadés ou l’enfilage de perles est une thérapie bien particulière. Il faut s’y émerger, apprivoiser ses doigts, sa respiration. Nous étions retournés quelque part dans le monde de l’enfance. Aussi, il n’est pas étonnant que nous ayons eu du mal à interrompre notre activité quelques 2 heures plus tard. Le temps avait précipité le cadran sans nous consulter. « Times waits for no one » diraient nos amis d’outre-manche.
Un brin de frustration nous a tenu la main quelques instants, mais c’est surtout la joie qui nous habitait à l’heure de reprendre la route du retour.

Un grand merci à Eliane pour l’organisation de la journée, à Liliane et Françoise pour leur partage de savoir, leur pédagogie douce et à l’ensemble des participants pour avoir fait de cette journée un vrai moment de partage.

Jean Michel RANGLA

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.