You are currently viewing St Paul, une balade entre deux eaux…

Ainsi donc, ce 14 juillet, nous étions quelques braves à fouler le sable St Paulois, accompagnés d’un superbe berger australien venu tout droit de Maniron. Foin des mauvaises rencontres, notre sécurité était bien assurée.

Le cœur léger nous avons confié nos destinés à Patrick, initiateur de la balade. D’emblée il nous fit découvrir la stèle dédiée aux soldats français tombés lors de l’attaque anglaise du 21 septembre 1809. Pour info, l’année suivante l’île passera sous le commandement anglais jusqu’à 1815. Les archives sont mitées concernant ce fait d’armes.  Cependant, j’ai pu recueillir « religieusement » une chaise datant de l’époque, dans un souci d’économie circulaire. Ramener un butin d’une zone autrefois fréquentée par des mutins célèbres…waouh !

Après ce voyage peu risqué dans le temps, il nous appartenait d’honorer le présent. Celui-ci avait  sa familiarité habituelle d’une assemblée de filaos, neems, eucalyptus, tamarins de l’Inde, porchers et autres acacias auriculus. Marcher à l’ombre et dans le sable fortifie les chevilles et les empêche de gonfler. En toute innocence, nous l’avons fait. C’est à mon avis un parcours de santé idéal et j’envie vraiment les riverains qui arpentent le coin au quotidien.

Nous empruntons le pont métallique et plongeons nos regards dans la persicaire et la laitue d’eau. Les tilapias nous observent en toute discrétion. Pas un seul canard dans l’eau, il est loin le bon vieux temps.

Nous admirons les cocotiers hauts perchés et nous filons par la piste en direction de la base ULM. Le soleil claque, les herbes sèches grésillent, l’antenne Omega a disparu depuis belle lurette, mais nous avons le cœur léger, la marche est une thérapie de grande simplicité. Le fringant chien multicolore gambade de belle manière.

Au retour nous choisissons le sentier du bord de mer. C’est quand même plus agréable, le soleil a la dent moins dure. On prend le temps de laisser vagabonder notre imagination. Bernard égare la laisse du chien et la retrouve, après avoir rebroussé chemin pour mener sa quête, de façon diligente.

Nous nous rapprochons de l’Etang et le chien s’amuse, alternant baignade et bains de poussière. Puis nous arrivons à notre point de départ. Nous avons fait, mine de rien près de 10km d’après le podomètre de Patrick. Le pique-nique, dans sa frugalité, ravit les palais affamés. Assis sur une natte ou un tronc de filaos, nous apprécions le moment, dans toute sa nudité.

Le ciel est bleu comme une mandarine. (Paul Elu Art !). Nous avons faim d’une prochaine sortie.

Merci à Patrick et à toute l’équipe pour cette belle journée,

Jean-Michel

Cet article a 2 commentaires

  1. Odile Andrea

    Quel plaisir de lire ce commentaire écrit dans une langue si fleurie et poétique !

  2. patrick

    tout a été dit ( la stèle commémorant les combats de 1809, l’ancienne antenne oméga etc… ) rien à rajouter !!! impec!!!
    patrick

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.